TOUS DROITS RÉSERVÉS COPYRIGHT ©2021 AURORE LEGAY PHOTOGRAPHE
logo

Vignes à Chignin en Traction Animale

Cheval, Vigne, Biodynamie : l’Alchimie ? (Chignin, Savoie 73)

Chignin, petit village de Savoie, est plus connu pour ses vignobles et ses vins, que pour ses habitants. Et venir sur place est un ravissement pour les yeux ! Certains disent même que c’est l’un des plus beaux sites viticoles au monde (dixit un importateur de vins), c’est vous dire si la magie s’y est installée !

Les vignes s’étendent à perte de vue, il y a plus de 830 hectares consacrés aux différents cépages. Exposées sud ou sud-ouest, les pentes du village et la richesse des sols contribuent à faire de ces vins, de petits bijoux pour le palais.

Il existe en Savoie des cépages endémiques, « nés » ici, et que l’on trouve essentiellement sur le département : Jacquère, Mondeuse, Bergeron et Altesse. Ainsi, des AOC ou Appellation d’Origine Contrôlée Vin de Savoie ont été obtenues en 1973, notamment pour le Chignin et le Chignin-Bergeron.

Ecologie, Byodynamie, Accords Toltèques, pensée positive, traction animale… oui, oui… tout est compatible, et même plus… !

Gilles Berlioz en est le premier convaincu, et c’est aussi dans ce mode de pensées que Pascal Quenard et Adrien Berlioz l’ont rejoint l’un après l’autre.

Gilles, c’est un doux rêveur diront certains, mais Gilles, c’est surtout la passion qui l’anime, celle de ses vignes, celle de ses vins, celle qu’il a pour la vie et les gens !

Installé depuis 1990, il a repris les vignes de son père et planté alors un hectare et demi. Aujourd’hui il fait évoluer 6 hectares de vignes (il vient d’augmenter ses surfaces) avec des cépages variés : Jacquère (blanc), Roussane (blanc), Altesse (blanc), Mondeuse (rouge) ou Gamay (rouge). Au total plus de 20’000 bouteilles sont produites chaque année sur son domaine et s’exportent dans 35 pays.

Pascal, son voisin, bon vivant et accueillant, est tout aussi passionné et convaincu que le ressenti positif est à maintenir et à appliquer. Il a repris le domaine familial sur lequel se trouvaient des pieds de vigne datant de 1903, plantés par son arrière-grand-père. Son grand-père travaillait encore au cheval lorsque lui-même était enfant, alors la traction animale était pour lui un retour aux valeurs familiales. Le travail au cheval complète ainsi sa conception de la vie et des énergies déjà appliquées avec la biodynamie. Installé sur 6 hectares, ses cépages sont les mêmes que ceux de Gilles, à l’exception de l’Altesse. Il produit 30’000 bouteilles à l’année, distribuées à 25% à des particuliers, en vente directe ou bouche à oreille. Depuis 5 ans, ses parcelles sont travaillées en traction animale.

Le travail du sol dans les vignes a évolué au fil des années, la mécanisation a été de plus en plus réfléchie et maitrisée. Le fonctionnement en biodynamie a encouragé des pratiques tournées vers la nature, la météo, les saisons ou le rythme de la lune. Les premiers essais avec les chevaux ont été faits chez Gilles il y a 15 ans, d’abord seul, à tâtonner seul avec un cheval quelques temps, puis avec Pierre Gallet qui s’installait alors en traction animale. Aujourd’hui, toutes les parcelles sont travaillées avec des prestataires et des chevaux. Une seule parcelle, trop pentue, est travaillée à l’aide d’un treuil. Et depuis 5 ans, plusieurs vignerons présents sur Chignin se sont rattachés à ce fonctionnement et font travailler leurs vignes en traction animale.

Pierre Gallet, d’abord seul avec ses chevaux pour valoriser les sols du Domaine Partagé, s’est entouré de prestataires ayant une approche similaire à la sienne à mesure que les vignerons augmentaient les surfaces à travailler. Philippe Escalle l’a ainsi rejoint il y a 4 ans. La traction animale en Savoie, et principalement à Chignin, est exponentielle. C’est une demande qui s’est développée seule et pour laquelle les prestataires en place gèrent le travail réparti de fin février à fin juin. Les différentes opérations consistent : en mars, à effectuer un buttage (passage de la charrue pour freiner la pousse de l’herbe et garder propre sous le rang) ; ensuite c’est l’étape du décavaillonnage ou déchaussage (opération inverse qui nécessite d’enlever la terre entre les pieds de vigne à l’aide de la décavaillonneuse) ; une remise à plat (le but est d’aplatir et d’étouffer l’herbe pouvant repousser avec un canadien) ; et enfin un binage (pour enlever l’herbe entre les rangs et non plus sous le rang comme en mars, à l’aide de la bineuse). Les pratiques peuvent être différentes d’un lieu ou d’un prestataire à l’autre en fonction de l’environnement et du matériel disponible.

Pierre est prestataire depuis une dizaine d’années, il vient travailler les sols avec ses Comtois Viaduc et Drosera. Il fonctionne avec un(e) salarié(e) pendant la saison de vigne, seul ou en partenariats sur des chantiers le reste de l’année. Pour lui, le contact agricole et la relation avec l’animal sont essentiels. Transmettre son savoir-faire et ses valeurs font partie de lui. Il aime surtout prendre le temps de vivre : au rythme des saisons et du travail que le cheval lui permet d’effectuer, sans pression économique ni stress du quotidien.

Philippe, lui aussi prestataire depuis une dizaine d’année, vient avec ses Comtoises Rosalie et Sornette, et son Trait du Nord Aramis. Il travaille seul ou en partenariat. Ses activités sont variées durant l’année : vigne, prestations d’attelage (souvent avec Isère Cheval Vert car il a un véhicule adapté aux personnes à mobilité réduite), équithérapie. Cela reste compliqué aujourd’hui de vivre uniquement de la traction animale, Philippe a une activité complémentaire avec la récolte des noix de Grenoble (permettant notamment de produire des cerneaux et de l’huile de noix). Pour Philippe aussi, la transmission du savoir-faire et des connaissances sont essentiels, et il forme ou conseille via le Réseau Professionnel Auvergne-Rhône-Alpes Traction Animale.

Le concept de Domaine Partagé chez Gilles, englobe savoir-faire et éthique centralisés. Des principes que l’on retrouve sur les autres domaines, selon les affinités et le fonctionnement de chacun. S’échanger des heures de travail chez l’un ou chez l’autre, s’entraider, avancer ensemble… Ici, la Force de l’Intention est essentielle, tout a un sens. On cherche à toujours faire mieux. Tout ce qui est fait avec le cœur, avec la force du cœur, est gagnant. Toute personne qui travaille sur les domaines, quel que soit son rôle, doit pouvoir vivre et être reconnue dans son activité. Les notions de partage et d’équilibre prédominent.

Les vignerons ont vite compris ce que le cheval et la traction animale apportaient comme bénéfices. Pour eux, la qualité du sol travaillé de cette façon est indéniable. Aucun outil mécanique ne peut fournir ce travail et cette qualité ! De plus, il y a moins de casse et de dégâts sur les pieds de vigne. Le chenillard utilisé en mécanisation amène des vibrations dans le sol, même s’il tasse moins qu’un tracteur, le cheval « poinçonne » le sol avec ses pieds, il n’y a alors presque pas d’impact sur le sol.

Un point essentiel aussi pour eux, c’est que le cheval ne coûte pas plus cher que le matériel mécanique (achat, entretien, pannes, disponibilités, …).

Gilles et Pascal sont également présidents d’une association de vignerons en Savoie : Les Pétavins (mot savoyard qui désigne le fruit de la ronce sauvage). Pour eux, il est important de transmettre les valeurs. Ils se définissent comme « Des passionnés qui respectent profondément leur terroir (…) pour promouvoir et développer la viticulture biologique en Savoie et alentours. »

Je vous souhaite à tous, un jour ou l’autre, d’avoir l’occasion de faire de belles rencontres ! De ces rencontres qui nourrissent l’âme, qui réchauffent le cœur, qui tout en semblant passéistes pour certains sont en réalité avant-gardistes et tellement remplies de magie !!

– Le vin, tout aussi délicieux soit-il, est à consommer avec modération –

Des valeurs partagées : Le Domaine partagé est fondé sur les forces de l’intention, la bio-dynamie et sur nos interactions avec les personnes qui nous accompagnent. Authenticité, confiance, engagement, travail en conscience, rigueur sont nos valeurs.

Pour une agriculture vivante, durable et solidaire

(source Domaine Partagé)

Travail en biodynamie : travail des sols pour qu’ils aient un équilibre de vie, traitement de la vigne avec des minéraux, algues, décoctions de plantes, dynamisation de préparats, travail selon le cycle cosmique (lunaire)…

(source Domaine Partagé)

Accords Toltèques, la force de l’intention :

– Que votre parole soit impeccable

– Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

– Ne faites pas de suppositions

– Faites toujours de votre mieux

 

Contact :

Pierre Galet / Les Gros Sabots

73190 Challes-les-Eaux

04 79 72 91 00

 

Philippe Escalle / Traits à Propos

38210 Saint-Quentin-sur-Isère

06 84 97 13 15

traitsapropos@gmail.com

 

Domaine partagé – Gilles Berlioz

73800 Chignin

04 79 71 58 80

domainepartage@gillesberlioz.fr

 

Domaine Pascal et Annick Quenard

73800 Chignin

04 79 28 09 01

pascal.quenard.vin@wanadoo.fr

 

Association Les Pétavins

https://lespetavins.fr

 

Isère Cheval Vert

https://www.isere-cheval-vert.com

 

Réseau Professionnel Auvergne-Rhône-Alpes Traction Animale

https://www.reseau-tractionanimale.org

 

PHOTOS ET TEXTE : Aurore LEGAY

Travail des vignes en traction animale – Sabots Magazine #98

Comments are closed.