TOUS DROITS RÉSERVÉS COPYRIGHT ©2021 AURORE LEGAY PHOTOGRAPHE
logo

Le portage en traction animale

Le portage en traction animale, une évidence en forte pente (Villers-sous-Chalamont, Doubs 25)

Ce matin-là, on ne chômait pas en forêt de Villers-sous-Chalamont. Chevaux et hommes gardaient la tête froide pour suivre le sentier et ne pas s’écarter du chemin. La pente est bien marquée, l’environnement presque hostile. Le soleil de ce 28 Août est bien présent, rendant le sol sec, ce qui “facilite” les déplacements, évitant la boue et les grandes glissades.

Que sont-ils donc venus faire à cet endroit… qui semble perdu au milieu de nulle part… là où les quads n’ont pas réussi à passer pour remplir la mission requise…

Ces chevaux et ces hommes sont venus apporter du mortier afin que puisse être re-maçonnée l’œuvre qui maintient à niveau la nappe phréatique qui alimente le village de Villers-sous-Chalamont. Ils ont ainsi effectué des allers-retours au lieu-dit “Captage de la Roche”, transportant des sacs de mortier du bas de l’ébouli jusqu’à l’entrée de la grotte.

Il y avait ainsi 180 mètres à parcourir, avec un dénivelé de 91m soit une pente à 26°. Et pour monter les 45 sacs de mortier de 25kg chacun (ciment et sable déjà mélangés et préparés en sacs), 4 chevaux et une dizaine de personnes se sont relayées.

3 chevaux étaient préparés avec des bâts dernière version de l’armée Suisse (ces derniers ont une meilleure ouverture que les anciens bâts, ils sont plus proches du cheval et les échelles de bât sont plus facilement modifiables). Des rajouts de planches en contreplaqués avaient été mis en place afin que les sacs ne s’altèrent pas dans la montée. Chaque cheval pouvait ainsi transporter 2 sacs de 25kg par trajet. En complément, un cheval attelé à une charrette 3 roues surbaissée effectuait les 2/3 du parcours, réduisant ainsi la distance pour l’un des chevaux bâtés, qui en rotation, venait récupérer la charge ainsi montée.

Gain de temps, et gain de place pour les manipulations, car les sacs, une fois montés avec les chevaux, étaient repris avec des sacs à dos par des hommes pour être emmenés sous terre. Le temps du chantier (montée à l’extérieur) avec un transport uniquement à dos d’homme était estimé à 2 jours, il a été réalisé en 1h30 avec les chevaux et les élèves du CERRTA. 10 personnes se sont relayées auprès des chevaux et pour charger/décharger les sacs, rendant les opérations plus fluides et mieux réparties.

Pour ces personnes en formation CS (Certificat de Spécialisation) Utilisateurs de Chevaux Attelés du CERRTA (Centre Européen de Ressources et de Recherches en Traction Animale), cette expérience en situation est très riche, elle permet de voir les champs des possibles dans ces domaines d’activités avec le cheval, de se projeter aussi dans leur installation future.

Cette opération de portage montre une fois encore la suprématie de l’animal sur la machine : les essais en amont du projet par la commune avec un quad s’étaient soldés par un renversement de celui-ci à vide. De plus, il n’y a pas eu de préparation des lieux, ni de sols abimés après les allers-retours des équidés et de leurs meneurs, et il y a un super bilan carbone à l’arrivée. La contrainte pouvant être notée reste le pourcentage de pente, qui cette fois était à la limite des possibilités. Pour ce type de projets, il faut pouvoir s’adapter à l’environnement, aux conditions, travailler avec des chevaux volontaires et fiables afin de toujours être en sécurité.

Pour en savoir plus sur le bât :

– Attelage Magazine n°130 – Les Codes Diamants de l’Equidé. Fiche n°3 Le B à bât.

– Documents du Train de l’Armée Suisse (les soldats de l’armée suisse sont appelés ainsi) qui expliquent l’utilisation du matériel et les points de réglages.

 

Contact :

CERRTA

cerrta@wanadoo.fr

www.formationtractionanimale.com

 

PHOTOS : Ferme CANNELLE

TEXTE : Aurore LEGAY

Le portage en traction animale à Villers-sous-Chalamont / CERRTA – Sabots Magazine #99

Comments are closed.