TOUS DROITS RÉSERVÉS COPYRIGHT ©2021 AURORE LEGAY PHOTOGRAPHE
logo

Le département de l’Isère finance un étalon Comtois

Quand le Département soutient la filière trait et finance un étalon (Isère 38)

Sa rusticité, sa gestion des sols escarpés, sa facilité d’utilisation et son bon caractère l’ont installé durablement dans les zones montagneuses. Depuis des générations, le cheval de trait comtois est présent en Isère et dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes. Partenaire de choix en agriculture, il est resté longtemps dans les fermes iséroises, la mécanisation n’ayant pas une grande maniabilité à ses débuts. Les années passant, les utilisations évoluant, le cheval de trait comtois est devenu un partenaire de travail en traction animale, la région Auvergne-Rhône-Alpes est très active dans ce domaine, mais il est aussi un partenaire de loisirs recherché, notamment en attelage. Les éleveurs, convaincus et passionnés, ont continué à produire de beaux chevaux, maintenant au mieux leurs effectifs et valorisant leurs produits sur des concours locaux, régionaux et nationaux.

C’est lors du concours régional de Saint-Pierre-de-Chartreuse, en 2015, que le Président du Conseil Départemental, Jean-Pierre Barbier, soutient de l’agriculture iséroise, cherche comment le département pourrait aider les éleveurs de chevaux de trait. Suivant avec intérêt les présentations des poulinières et pouliches comtoises, le Président du Conseil Départemental échange avec les éleveurs et le Président duSyndicat d’Elevage du Cheval en Dauphiné, Roger Roux-Fouillet. Ils s’entendent sur le financement d’un bon reproducteur de la race comtoise, qui serait mis à la disposition de tous les éleveurs du département, contribuant ainsi à la sauvegarde du patrimoine local. Le département valide une enveloppe de 6’000.- euros en vue de l’achat du futur étalon Comtois. Une délégation du Syndicat d’Elevage du Cheval en Dauphiné se rend au National Comtois de Maîche en septembre 2016 pour y choisir un bon produit. Leur choix s’arrêtera sur Emir de Lanans, un beau mâle ayant obtenu la note de 17 lors des sélections nationales.

Pour devenir un étalon reproducteur agréé, un mâle comtois doit répondre à un certain nombre de critères. Les inscriptions au stud-book français du cheval de Trait Comtois se font au titre de l’ascendance, à titre initial ou au titre de l’importation (1). Il doit donc avoir ses 4 grands-parents marqués et répondants aux critères de race. Le cheval doit être approuvé dans la race (2) et être marqué à l’encolure des lettres entrelacés TC lors d’un Concours National de sélection (3) après passage devant une commission composée d’un représentant de l’IFCE et d’au moins un représentant du Syndicat.

C’est le Syndicat d’Elevage du Cheval en Dauphiné qui est propriétaire de l’étalon. Celui-ci, mis à la disposition des éleveurs, est stationné en fonction des “besoins”. Il passe une partie de la saison de monte en “plaine” avant de partir en alpage y retrouver les juments. Ils sont 3 éleveurs à gérer l’étalon, et pour que tout se passe au mieux et dans les règles, ils ont suivi au préalable une formation spécifique d’étalonnier avec l’IFCE (Institut Français du Cheval et de l’Equitation) (4).

Le choix de l’étalon, celui du syndicat ou d’un autre, se fait en fonction de la consanguinité et de la situation géographique des juments. Il n’y a pas de concurrence entre les étalons du département car il y a peu d’étalonniers. En ce qui concerne Emir de Lanans, l’étalon du syndicat, il honore une quinzaine de juments par an. Les saillies sont à payer pour tout éleveur présentant une jument, sauf pour l’étalonnier chez qui il est stationné. La moitié de la somme de la saillie est conservée par l’étalonnier afin de couvrir les frais d’entretien de l’étalon pendant la période où il est chez lui, et l’autre moitié est reversée au syndicat pour les frais inhérents à l’étalon sur l’ensemble de l’année (vétérinaire, vaccins, soins dentaires, maréchal-ferrant, etc…). Les montants des saillies sont identiques quel que soit l’étalon sur le département de l’Isère.

Cette façon de procéder a rapproché les éleveurs car ils ont plus de contacts, ils communiquent plus entre eux, il y a plus de convivialité, ils échangent sur l’étalon et sur la vie des élevages, prennent des nouvelles, s’organisent et se fédèrent autour de la gestion de l’étalon, “leur” étalon.

Le concept a fait des “émules” et en 2016, le Conseil Départemental de la Savoie (73) a financé un étalon. A l’occasion du concours départemental de Flumet, les élus et les éleveurs savoyards ont mis en place le projet, et Goulu des Combes a été acquis en 2019. L’étalon est visible à la ferme du Châtelet, siège du Syndicat de la race mulassière du Val d’Arly. C’est là que sont stationnés les étalons mis à la disposition des éleveurs de tous les départements et ce depuis 1893 : s’y trouvent actuellement un étalon Baudet du Poitou et un étalon Trait Comtois.

L’idée principale de ces acquisitions départementales est de mettre en place des “échanges” d’étalons, afin d’éviter la consanguinité. Le projet, prévu initialement, a été retardé par l’acquisition plus tardive de l’étalon par la Savoie, il reste d’actualité et devrait se mettre en place prochainement. Et puis, pourquoi pas, celui aussi d’envisager de demander de nouveaux fonds au département pour acquérir un autre reproducteur… Si chaque département pouvait envisager ce type de soutien auprès des syndicats d’élevage, ce serait un moyen supplémentaire de regarder avec plus de sérénité l’avenir du cheval de trait, quelle que soit la race. Nous avons 9 races en France à préserver…

 

Le Cheval de Trait Comtois (ANCTC)

Origines

Dès l’époque romaine, on commence à écrire sur ce petit cheval rustique et de bon caractère des montagnes de Franche-Comté. Cheval guerrier, Louis XIV puis Napoléon Ier l’adoptèrent aussi bien pour leur cavalerie que pour tirer artillerie et carrosses. En 1910, le premier concours d’élevage a lieu à Maîche (Doubs), et en 1919, le Syndicat du cheval Comtois et le stud-book de la race sont créés. Cheval d’orgueil, il trouvait sa place dans les campagnes franc-comtoises en tant que compagnon de labeur quotidien de nombreux paysans. Depuis lors, et malgré la motorisation croissante de l’après-guerre, le cheval de trait comtois est toujours présent dans nos prés et dans nos cœurs.

Caractéristiques

Issu d’une sélection rigoureuse, façonné dans un environnement naturel difficile, le cheval de trait comtois a hérité d’une endurance remarquable, d’une grande rusticité, de la puissance du cheval de trait, de l’élégance du demi-sang.

Un succès grandissant

C’est aujourd’hui la première race de cheval de trait en France. Plus de 3 600 élevages se répartissent notamment sur toutes les zones de massif et environ 960 étalons effectuent plus de 13 000 saillies chaque année. L’orientation de la sélection dans la race se fait actuellement principalement par le biais des concours d’élevage.

Son utilisation en tant que cheval de loisir ou de travail est en plein développement, il séduit également de plus en plus d’adeptes des compétitions d’attelage.

 

Stud-Book du Cheval de Trait Comtois

(1) Article 5 – Inscription au titre de l’ascendance

1) Est inscrit automatiquement à la naissance au titre de l’ascendance tout produit né en France remplissant les conditions suivantes :

  1. a) Issu d’une saillie régulièrement déclarée d’un étalon approuvé.
  2. b) Ayant été déclaré à l’IFCE dans les 15 jours qui suivent sa naissance.
  3. c) Identifiés et immatriculés selon les procédures définies par le ministre chargé de l’agriculture.
  4. d) Ayant reçu un nom dont le première lettre correspond à l’année de naissance, « K » en 2020.
  5. e) Immatriculé et enregistré au fichier central des équidés qui lui délivre un document d’identification portant l’appellation « TRAIT COMTOIS » et une carte d’immatriculation. Pour autant que l’étalon, père du produit, ait été approuvé pour la production en cheval de Trait Comtois suivant les conditions fixées à l’article 11 du présent règlement, et que la jument mère du produit soit de race Trait Comtois.
  6. f) Etre issu d’une jument âgée d’au moins 2 ans au moment de la saillie, qui a été identifiée par relevé des marques naturelles et par implantation sous-cutanée d’un transpondeur électronique dans l’encolure, et dont les origines ont été certifiées selon la réglementation en vigueur.

2) Sont inscrits automatiquement au titre de l’ascendance les produits ayant au moins 7 ascendants sur 8 à la troisième génération inscrits au stud-book français du cheval de Trait Comtois et remplissant les conditions a, b, c, d et f du point 1.

3) Les chevaux Comtois nés à l’étranger sont gérés par le Stud-Book français, stud-book d’origine de la race.

 

(2) Article 10 – Approbation des étalons

Pour être approuvés pour produire au sein du stud-book français du cheval de Trait Comtois, les candidats étalons doivent :

– être inscrits au stud-book français du cheval de Trait Comtois,

– être conformes au standard de la race,

– avoir été identifiés par relevé des marques naturelles et par implantation sous-cutanée d’un transpondeur électronique dans l’encolure,

– avoir eu ses origines certifiées selon la réglementation en vigueur,

– avoir leur carte d’immatriculation à jour,

– être âgés d’au moins 2 ans au moment de la commission d’approbation,

– avoir reçu l’avis favorable de la commission nationale d’approbation. La matérialisation de l’approbation se fait par la marque entrelacée TC au fer sur le plat de l’encolure gauche (détail des conditions, voir article 14),

– les ascendants directs (père et mère) doivent être eux-mêmes marqués et les 4 ascendants de 2èmegénération doivent être inscrits au stud-book français du cheval de Trait Comtois, ainsi que les 8 ascendants de 3ème génération

– être vacciné contre la grippe,

– avoir obtenu une note de modèle et allures supérieure à 15.

Tous les étalons peuvent être rappelés pour être revus sur un concours à la demande de la Commission d’Approbation.

Leur génotype devra être déterminé avant l’attribution du premier carnet de monte.

La monte ne peut intervenir avant l’âge de trois ans.

L’approbation d’un étalon pourra lui être retirée définitivement par la commission d’approbation en cas de :

– cécité ;

– dermite estivale ;

– « patte à jus »,

– En cas de problème de locomotion ou d’état général défaillant.

En cas de litige, une expertise vétérinaire contradictoire pourra être demandée par la Commission nationale d’approbation et sera à la charge du propriétaire de l’étalon.

 

(3) Article 13 – Marquage

Il est effectué par la commission nationale d’approbation, le propriétaire doit présenter un animal âgé de deux ans au moins : avec son document d’accompagnement validé et une carte d’immatriculation à jour.

Pour les femelles et les hongres d’origine non constatée et d’origine constatée, ils seront en possession d’un document d’identification et d’une carte d’immatriculation.

Le marquage des mâles, des hongres et des femelles n’est possible que pour des animaux répondant au standard de la race (voir en annexe 1).

 Le marquage des femelles et des hongres est pratiqué lors des divers concours ou rassemblements sur avis favorable de la commission nationale d’approbation qui est seule juge de la conformité du standard de la race et de la validité des documents d’identification présentés.

Il ne peut être pratiqué que sur des femelles et des hongres ayant obtenu une note de modèle et allures supérieure à 14.

La marque de femelles et de hongres individuellement au domicile de leur propriétaire ne pourra être admise qu’à titre exceptionnel, la marque en public devant rester la règle.

Les femelles et les hongres non marqués, restent inscrits au stud-book français du cheval de Trait Comtois.

 Le marquage des mâles est nécessaire pour l’approbation à la reproduction.

Il ne peut être pratiqué que sur des mâles ayant obtenu une note de modèle et allures supérieure à 15.

Le marquage des mâles se pratique à l’occasion de leur approbation. Outre les conditions générales prévues à l’article 11, ils doivent :

 Etre issus d’un étalon et d’une jument eux-mêmes marqués, avec les 4 ascendants directs eux-mêmes

 Inscrits au stud-book français du cheval de Trait Comtois ainsi que les 8 ascendants de 3ème génération.

 Avoir eu leur signalement relevé par une personne habilitée à cet effet.

 Avoir reçu un avis favorable de la commission nationale d’approbation définie à l’article 10, à l’occasion du concours épreuve.

Le lieu de marquage, pour tout candidat est le concours national de la race : Maîche. En cas d’ajournement pour une boiterie avérée et constatée par le jury, et uniquement dans ce cas, les candidats pourront se représenter lors d’une autre séance en Franche-Comté.

La marque des chevaux comtois est matérialisée sur le certificat d’origine de l’animal par l’apposition d’un tampon et l’indication d’un numéro de stud-book, et sur l’animal lui-même par une marque au fer sur le plat de l’encolure gauche, avec les initiales TC entrelacées.

 

(4) Formation spécifique Etalonnier – IFCE (Mickaël Toutain)

La formation d’une journée comprend une partie théorique et une partie pratique de façon à affiner les connaissances du futur étalonnier. De nombreux sujets sont abordés comme : la physiologie de la reproduction de l’étalon, la règlementation de la monte publique, la gestion de la saison et du carnet de monte, la gestion de l’étalon au quotidien en fonction du nombre de juments saillies, le passage de la jument à la barre pour détecter les chaleurs, la préparation de la jument et de l’étalon avec lavage des parties génitales pour les 2 avant et après saillie, la pose des entraves sur la jument (et pouvoir déterminer si c’est nécessaire à chaque saillie ou pas) et la manipulation de l’étalon en réel pour s’entrainer.

 

Sources :

ANCTC

Stud-Book français du Cheval de Trait Comtois 2020

IFCE

 

Contacts :

Syndicat d’Elevage du Cheval en Dauphiné

38380 Saint Pierre-de-Chartreuse

roger.rouxfouillet@gmail.com

 

ANCTC – Association Nationale du Cheval de Trait Comtois

52, rue de Dôle 25000 BESANCON

www.chevalcomtois.com

anctc@chevalcomtois.com

 

PHOTOS : Roger ROUX-FOUILLET, J. MICHALLET, E. Burnet-Fauchez, Aurore LEGAY

TEXTE : Aurore LEGAY

Le département de l’Isère finance un étalon – Sabots Magazine #102

Comments are closed.