TOUS DROITS RÉSERVÉS COPYRIGHT ©2021 AURORE LEGAY PHOTOGRAPHE
logo

Françoise, la cochère conteuse

Vichy, ville de Patrimoines (Allier 03)

Inscrite parmi les grandes villes d’eaux d’Europe reconnues comme patrimoine mondial de l’UNESCO depuis le mois de juillet dernier (2021), Vichy est une ville mondialement et historiquement célèbre. Les bienfaits de ses eaux thermales, la présence de personnalités comme Napoléon III ou encore l’installation du siège du gouvernement de Pétain entre 1940 et 1944 en font une ville de patrimoine. Quoi de plus naturel au final que de retrouver au cœur de Vichy des chevaux de trait Poitevin, “Fils du vent marin de la terre et des eaux”, patrimoine équin et race à faibles effectifs à préserver ?

Passionnée tant par la ville de Vichy et son patrimoine culturel que par les chevaux de trait Poitevin et l’attelage, Françoise Rouquette des “Calèches Rive d’Allier” propose des balades en attelage de prestige dans le quartier Thermal de Vichy.

Originaire de la région parisienne, Françoise a passé ses vacances d’enfance dans le Puy de Dôme, un ami lui prêtait ses chevaux. Participant à la vie agricole des voisins de la maison de vacances, et aux travaux saisonniers inhérents, ce sont des moments forts qui marquent la jeune fille d’alors. Installée ensuite dans la Vienne, elle travaille pendant de nombreuses années comme soignante et infirmière en tant que cadre et formatrice à l’hôpital. Elle aime son travail et s’y consacre pleinement, elle y restera d’ailleurs jusqu’en 2019. Mais elle a besoin de voir autre chose pour trouver son équilibre et s’aérer l’esprit, apprendre encore, découvrir… C’est qui l’amène en 1980 à se former à l’Ecole du Louvre. Par la suite, avec l’accord de l’hôpital qui l’emploie, et tout au long de sa carrière, elle effectuera des formations. En 2006, elle commence un BPREA option élevage équin (Brevet professionnel responsable d’exploitation agricole) en vue de proposer pensions, location de chevaux et élevage. A cette occasion, elle découvre le cheval de trait lors d’un stage à l’Asinerie du Poitou, et plus précisément les traits Poitevin. Elle tombe amoureuse de cette race, et c’est la révélation : elle sera éleveuse de chevaux de trait Poitevin ! Elle découvre le débardage qui la fascine, et complète sa formation car elle estime qu’elle manque de pratique. Elle passe ainsi son certificat de spécialisation de chevaux de traits attelés toujours avec le soutien de l’hôpital. En parallèle de sa vie professionnelle, avec un cadre règlementaire en ordre, elle travaille les week-end et ses vacances à Saumur, où elle effectue des visites commentées en attelage. Elle va y faire ses armes et passe son galop 7 d’attelage grâce aux stages avec Franck Deplanche. Et là, c’est la sensation de passer “dans la cour des grands” : elle est formée à travailler toute seule, elle attèle 2 percherons à une voiture 25 places pour effectuer les visites de Saumur et elle s’éclate !

Cette assurance et cette sérénité lui donnent confiance et lui confirment que c’est “son” univers, qu’elle a trouvé sa voie. Françoise s’inscrit à la MSA (Mutualité sociale agricole) puis s’installe en auto-entreprenariat afin de proposer des prestations en attelage sur le Poitou en son nom. Les Calèches du Poitou sont nées ! Toujours liée à l’hôpital, elle assure le reste du temps ses prestations et participe aux marchés de Noël ou à différents évènements. Quand arrive l’heure de la pré-retraite en 2019, une nouvelle évidence s’impose à Françoise, sa vie n’est plus dans le Poitou. Elle quitte tout et part s’installer dans l’Allier pour un retour “aux sources”, aux racines familiales et se rapprocher des siens. Prestataire pour un mariage dans Vichy, elle attend des mariés qui sont en retard, et se fait assaillir par les touristes qui lui demandent pour faire des balades dans la ville. Les gens lui vantent les lieux ainsi que son véhicule du jour, un vis-à-vis de prestige, lui indiquant que c’est le mode de transport idéal pour parcourir les rues historiques et prestigieuses de Vichy. L’idée prend forme.

Elle fait le point avec le prestataire déjà en place en ville (Les Calèches de Vichy – Hervé Champomier) et complète l’offre qu’il propose. Début 2020, elle installe son parcours dans le quartier thermal de Vichy, assurant une diversité historique aux clients. Devenue Les Calèches de la Rive, Françoise propose des visites commentées en calèche dans Vichy : découverte étayée du patrimoine, de l’histoire et du thermalisme dans la Reine des villes d’eaux.

Vichy est une commune française, située dans le sud-est du département de l’Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Bâtie sur les bords de la rivière Allier, à la limite de la plaine de la Limagne et de la montagne bourbonnaise, elle est connue dès l’Antiquité pour ses sources. Elle devient une importante station thermale dans la seconde moitié du XIXe siècle. C’est ce que Françoise met en valeur dans son parcours. Avec un départ au Hall des sources, elle évoque le thermalisme, les eaux, leurs composantes et bienfaits, les grands faits historiques de la ville, l’histoire artistique, culturelle et architecturale de cette partie de Vichy où Art Nouveau et Art Déco ont la part belle. Le parcours se poursuit le long des bords de l’Allier avant de traverser le parc Napoléon III pour un dépaysement et un ravissement total.

Françoise a fait le choix du prestige, et utilise des véhicules de style ancien (vis-vis type Victoria et wagonnette stylisée de 15 places) pour répondre à la demande. Alliant élégance, raffinement et féminité, Françoise veut être une ambassadrice de cette ville chic et cultivée. Pour ce faire, ce sont 2 juments de trait Poitevin qui l’accompagnent dans ses prestations, seules ou ensemble, selon les besoins. Ursula de Fenoux et Dalahy de la Bussière sont habituées à travailler en ville, et comme le dit si bien Françoise : “les chevaux de trait Poitevin sont par nature élégants, complétant le raffinement de la prestation”. Et les balades sont accessibles en français, en allemand, en anglais et en espagnol, de quoi accueillir un large panel de touristes pour faire découvrir une ville qui la fascine.

Les prestations en ville de Vichy sont assurées du mois d’avril au mois d’octobre avec une billetterie sur place, mais aussi via les réseaux de la ville (Office du Tourisme – Vichy mon Amour). En cette fin d’année 2021, les Calèches de La Rive s’imprègnent des lieux et deviennent Les Calèches Rive d’Allier. Elles assurent aussi d’autres prestations comme les mariages, les fêtes de villages ou marchés de Noël ainsi que des balades privatives en ville de Vichy (l’ensemble sur réservation).

 

Le Trait Poitevin

Histoire de la race

Le Trait poitevin mulassier est un cheval originaire des Marais du bas Poitou. Au XVIIème siècle, la souche indigène a été croisée avec le cheval Flamand originel importé par les Hollandais et Flamands qui réalisèrent les travaux d’assèchement commandités par Henri IV. Conjointement à ceux du Baudet du Poitou, en raison de leur destin étroitement lié par la production mulassière, les effectifs sont tombés très bas au début des années 90. Toutefois, la détermination des éleveurs et la demande de chevaux pour l’attelage de loisir ont permis de remonter les effectifs. De plus, depuis 1998, les éleveurs suivent un plan d’accouplement et privilégient la reproduction en race pure, abandonnant quasiment la production de mules en dépit d’une forte demande. C’est là une question de priorité. La production de mules pourra redémarrer lorsque la jumenterie sera suffisante.

Elevage et modèle

La zone d’élevage comprend la Vendée, les Deux-Sèvres, la Vienne, le nord de la Charente-Maritime et le nord-ouest de la Charente. 72% des naissances de Trait poitevin ont lieu dans les cinq départements du berceau de la race. Mais le Trait poitevin, commence à se développer dans quasiment toutes les régions de France. En 2011, les éleveurs ont accompagné quelque 90 naissances.

Extrait du standard : Tête très forte, plutôt longue, chanfrein légèrement busqué, oreilles grosses et longues, encolure longue chargée de crins abondants et longs. Membres puissants, articulations larges, sabots larges, poils et crins gros et abondants, parfois frisés ou en pinceaux aux genoux et aux jarrets. La robe est de couleur variée. De préférence : isabelle, noir, noir pangaré, ou gris. La robe pie est exclue.

Utilisations

Si les femelles Trait poitevin sont réservées en priorité pour l’élevage et la sauvegarde de la race, les mâles sont eux utilisés pour le loisir. Son élégance naturelle et sa docilité font du Trait poitevin un cheval très apprécié pour la selle ou pour l’attelage. Son look si particulier est très recherché et lui confère un atout majeur notamment pour des prestations touristiques et de transport. Son calme et sa capacité de traction sont appréciés des débardeurs professionnels et des prestataires de service en viticulture. Séduite, la ville de Niort expérimente actuellement le Trait poitevin dans des travaux d’entretien des espaces verts et avec les services de propreté.

 

Sources :

www.vichy-destinations.fr

www.racesmulassieresdupoitou.com

 

Contact :

Les Calèches Rive d’Allier

lescalechesrivedallier@orange.fr

 

PHOTOS ET TEXTE : Aurore LEGAY

Vichy, ville de Patrimoines. Françoise, la cochère conteuse – Sabots Magazine #106

Comments are closed.